Louise Attaque

 

Ton Invitation

J’ai accepté par erreur
Ton invitation
J’ai dû me gourer dans l’heure
J’ai dû me planter dans la saison
Si j’ai confondu
Avec celle qui sourit pas
Mais, celle qu’est belle bien entendu
Et, qui dit belle dit pour moi
Tu sais j’ai pas toute ma raison
Si j’ai toujours raison
Tu sais je suis pas un mec sympa
Et je meurs tout ça, tout ça
Tu sais j’ai pas confiance
J’ai pas confiance en moi
Tu sais j’ai pas d’espérance
Et je meurs tout ça, tout ça
Si tu veux on parle de toi
Si tu veux on parle de moi
Parlons de ta future vengeance que t’auras toi sur moi
Disons entrecoupée de silence
Qu’on est bien seul pour une fois
Qu’on est bien parti pour une danse
Ca ira pas plus loin tu vois
J’ai accepté par erreur
Ton invitation
J’ai dû me gourer dans l’heure
J’ai dû me planter dans la saison
J’ai accepté par erreur
Ton invitation
J’ai dû me gourer dans l’heure
J’ai dû me planter dans la saison
Reste a savoir si on trace un trait, un point dans notre espace
Si j’ai pas toute ma raison
Si j’ai toujours raison
Tu sais j’ai pas toute ma raison
Si j’ai toujours raison
Tu sais j’ai pas toute ma raison
Si j’ai toujours raison
Tu sais j’ai pas toute ma raison

.
.

La plume

J’te donne la plume pour qu’tu dessines
La plus belle ville que t’aies connue
Le plus bel hymne que t’ai voulu
J’te donne la plume moi j’en veux plus
J’te donne la plume pour savoir vivre
Parler, écrire et danser
Pour reste ivre bien éveillé
J’te donne la plume et mes conneries
Garde les

Voilà une heure que je t’attends
Voilà mon cœur prudence en sortant
Compter les heures depuis longtemps
Est revenu mon cœur déposer en sortant

J’te donne la plume pour que t’inscrives
Perpétuellement la vie à construire
Ce mouvement si dur
J’te donne la plume
Moi j’en veux plus

Voilà une heure que je t’attends
Voilà mon cœur prudence en sortant
Compter les heures depuis longtemps
Est revenu mon cœur déposer en sortant

Voilà une heure que je t’attends
Voilà mon cœur prudence en sortant
Compter les heures depuis longtemps
Est revenu mon cœur déposer en sortant

.
.

J’t’emmène au vent

Allez viens, je t’emmène au vent
Je t’emmène au dessus des gens
Et je voudrais que tu te rappelles, notre amour est éternel, et pas
Artificiel, je voudrais que tu te ramènes devant
Que tu sois là de temps en temps
Et je voudrais que tu te rappelles, notre amour est éternel, et pas
Artificiel, je voudrais que tu m’appelles plus souvent
Que tu prennes parfois le’devant
Et je voudrais que tu te rappelles, notre amour est éternel, et pas
Artificiel, je voudrais que tu sois celle que j’entends
Allez viens, je t’emmène au dessus des gens
Et je voudrais que tu te rappelles notre amourette éternelle
Artificielle
Hey, je voudrais que tu te ramènes devant
Que tu sois là de temps en temps
Et je voudrais que tu te rappelles, notre amour est éternel, et pas
Artificiel, je voudrais que tu te ramènes devant
Que tu sois là de temps en temps
Et je voudrais que tu te rappelles, notre amour est éternel, et pas
Artificiel, je voudrais que tu te ramènes devant
Que tu sois là de temps en temps
Et je voudrais que tu te rappelles, notre amour est éternel, et pas
Artificiel, je voudrais que tu te ramènes devant
Que tu sois là de temps en temps
Et je voudrais que tu te rappelles, notre amour est éternel, et pas
Artificiel, je voudrais que tu te ramènes devant
Que tu sois là de temps en temps
Et je voudrais que tu te rappelles, notre amour est éternel, et pas
Artificiel, je voudrais que tu te ramènes devant
Que tu sois là de temps en temps
Et je voudrais que tu te rappelles notre amourette éternelle