Pensée

Piper

Il était une fois un petit oiseau affamé. Sa maman voulait lui apprendre à se nourrir seul.
Sauf que…  L’alimentation est cachée sous le sable, là où les affreuses vagues viennent balayer la plage.
La peur de l’inconnu le maintient dans la faim jusqu’à ce que le hasard (ou le destin) lui fasse rencontrer un crabe ermite qui lui donne une perspective différente de la vie et de l’adresse qu’il devait acquérir.

Piper nous montre l’importance de surmonter nos peurs.
N’avons nous jamais été cet oisillon mouillé et terrorisé par les vagues ?
Nous nous sentons faibles lorsque nous devons nous dépasser. Seules notre conviction et notre audace, peuvent nous aider à faire face à nos angoisses et aux difficultés.

Tout dans la vie est révélateur, car même dans la souffrance, nous apprenons, quelle que soit la direction que nous choisissons de prendre.

Art

Cyril aka OneMizer

Cyril aka OneMizer est né en 1987 dans le Sud de la France. Il grandit en Afrique où il découvre l’aquarelle. De retour en France, à l’adolescence, il fait connaissance avec le graffiti parisien. Les bords des autoroutes ainsi que les métros parisiens sont de véritables musées pour lui.
En 2006 à Paris, il commence des études d’art à l’école MJM Graphic Design, sans motivation. Il préfère poursuivre sa route en autodidacte et se perfectionner dans le graffiti en allant sur les terrains vagues, les voies ferrées et dans les entrepôts désaffectés, à la rencontre des autres artistes urbains.


Petit à petit, il passe du mur à la toile, et c’est poussé par son entourage, qu’il commence à montrer son travail et exposer ses toiles au gré de ses rencontres dans des hôtels de luxe, restaurant, bars…
Son style frais, coloré et dynamique rappelle agréablement les debuts du graffiti new yorkais. On y retrouve de nombreuses caractéristiques de l’esthétique urbaine des années 90, comme par exemple le lettrage arrondi appelé « bubble » , la fameuse étiquette « Hello My Name Is » , les personnages de comics de la culture populaire, l’accumulation d’éléments figuratifs ou de mots, les différents styles d’écritures que l’on retrouvait sur les murs taggés dans les rues…

Onemizer-Oeil

onemizer-9
D’ailleurs, en récupérant des morceaux de palissades qu’il peint, OneMizer fait directement un clin d’œil aux murs en question !

10561036_427842037355362_662124378_n
Il organise ensuite ses premières expositions dans les environs de Bordeaux ainsi que dans la région parisienne. Du chemin a été fait depuis ses débuts dans les rues, et il expose désormais dans de nombreuses galeries d’art internationales (Paris, Courchevel, Megève, Cannes, Singapour, Honfleur, Londres ; Bordeaux, Galerie des Arcades aux Mouleaux, Hossegor, Go Gallery à Amsterdam, Street Art Gallery à Dubaï, Barbizon …).

Onemizer-Classic-street-Michel-Ange-101x70

Onemizer a participé avec une centaine d’autres artistes internationaux au record du monde du plus grand graffiti sur toile qui s’est déroulé à Dubaï en Novembre 2014 et qui a été validé afin d’apparaître dans le Guiness book.

Il puise son inspiration dans les classiques du pop art tels que Basquiat, Warhol… ainsi que tout simplement dans sa vie quotidienne, ce qui l’entoure, et dans la scène street art. Il aime travailler les lettrages, revisiter les portraits de personnalités ou objets qui ont marqué l’Histoire ou son histoire personnelle. Avec le temps, il développe un large panel de styles différents, combinant toujours du graffiti, du tag, des « coulures », et surtout une multitude de couleurs. Il utilise un large éventail de techniques différentes : bombes de peinture, pochoirs, dessins, posca, pinceaux, encre, et parfois même directement ses mains. Il renouvèle constamment son art, aime changer les techniques, changer de support…

C’est l’impact visuel et le choc des couleurs qui rendent chacune de ses toiles plus originales les unes que les autres.

Art·Coup de coeur

Rubato


Quand un musicien de rue se fait voler son métronome, la tristesse le gagne. Une rencontre va pourtant changer le cours de sa vie en l’aidant à sortir de la solitude.


J’aime beaucoup le message d’espoir véhiculé par ce court-métrage, cette tendresse et cette humanité.
J’aime aussi le travail effectué sur les décors, les paysages et les atmosphères.  Tous les details comme la main du musicien, par exemple. Ce n ’est pas la main d’un habitué des fosses d’orchestre. Le tabouret, les devantures des boutiques, et ce métronome à balancier, devenu aujourd’hui « vintage ». Le chien a de beaux et bons yeux.
Ce film inspirant a été réalisé par les élèves de l’ESMA (Promo 2015).

Harley·Moto-moto

Choppers Jack Daniel’s

Le Jack Daniel’s est un breuvage qui est « source » d’inspiration dans la Kustom Kulture. Ce Sportster Jack Daniel ne démérite pas, dans son côté bar / distillerie.
Cette Harley-Davidson Ironhead Sportster, de 1977 a été personnalisée par Jon Shipley de Hoosier Daddy Choppers à Bloomfield.

hoosier-daddy-choppers-jack-daniel-s-custom-harley-davidson-photo-gallery_2
hoosier-daddy-choppers-jack-daniel-s-custom-harley-davidson-photo-gallery_1


Bien qu’elle soit très décorative et colorée, cette moto reste propre.

hoosier-daddy-choppers-jack-daniel-s-custom-harley-davidson-photo-gallery_7


La transmission à chaîne ouverte, un tonneau en bois sur la gauche qui contient la batterie et un distillateur en cuivre vieilli pour réservoir d’huile…Le cuivre vieilli est omniprésent sur cette moto…

hoosier-daddy-choppers-jack-daniel-s-custom-harley-davidson-photo-gallery_5


Un tabouret de bar avec un coussin en cuir fait office de selle (sûrement pas des plus confortables, mais en complète harmonie avec le thème de la moto)

Ça s'passe chez moi...·Pensée

O< ♫.♩.♬´¯`♬.♫


Un jour, mon père m’a dit ♫♫*♥*♫♫ d’aller siffler là-haut sur la colline, de l’attendre avec un petit bouquet d’églantine.   ♫♫*♥*♫♫ …

1451929304mickey-whistling-disney-5d4d
Non !! J’rigooole !!! Ceux qui l’ont connu savent bien qu’il n’aurait jamais dit ça.
Il m’aurait plutôt dit que les églantines piquent les doigts de ceux qui les portent et que, seul l’écho, répond aux siffleurs solitaires s’égosillant sur les collines…  

Il m’aurait dit :  » Il ne sert à rien de courir après le dahu dans la montagne. Il n’y a que le « niais du village » qui peut croire qu’il va le capturer en ouvrant son sac. »

Il m’aurait dit aussi : « On ne regarde pas devant sois dans un rétroviseur »
Et plein d’autres mots encore, des « mots-sagesser », des « mots-douceur », des « mots-amour » qui te remettent route.

a547a4732b365f0155562535394b2f8a

Le bonheur, c’est pas les dieux du stade… Le bonheur, ce n’est pas un mur comme le malheur n’est pas une sortie de route… C’est juste comme quand tu pars dans des virages sur la route.
Il y en a que tu enchaînes avec délectation (tu es dans le rythme et la courbe) et d’autres où sans trop savoir pourquoi (Ou en le sachant trop tard aussi… Trop vite, trop fort, trop brusque, pas assez d’anticipation, mauvais rapport, chaussée glissante, brouillard… Que sais-je…) tu accroches et t’es obligé de le passer en force et sans élégance.
Et bien, je pense que bonheurs et malheurs sont des virages sur la route, il ne faut pas trop chercher à différencier les choses.
Quoi de plus ressemblant à un virage qu’un autre virage ? Quoi de plus chiant qu’une longue ligne droite ??
Pour le reste, c’est affaire de feeling et aussi un peu de code de la route.
L’expérience, cela apprend à lire les cartes et les panneaux…

Art

Blub


Son identité est inconnue mais ses oeuvres sont célèbres .
Blub nous emmene  dans un monde bleu constellé de bulles où le masque de plongée est de rigueur…
Ce street artiste originaire de Florence part du principe que « l’art sait nager »… Une image complètement farfelue qu’il adapte à  la plupart de ses réalisations..


Les mystérieuses œuvres de Blub ont fait leur apparition à Florence en 2014. Il reprend les œuvres d’art les plus connues, les plus grands personnages historiques, de même que les célébrités les plus populaires, auxquels il ajoute un masque de plongée.
+


Avec ses masques, Blub nous envoie un message : lorsque l’on aura tous de l’eau jusqu’au cou, la solution (symbolique) sera de mettre un masque et de tenter de survivre. Derrière ces masques se cache peut-être une possibilité de changement.

Pensée

Le temps est l’essence de la vie


Le temps vole, et tu en es le pilote… Oui, tu es celui  qui doit en prendre les commandes pour profiter de tout ce qu’il peut t’offrit…

86c10f2fc25f07c3

Pour certains, c’est de l’argent. Et, ce n’est sûrement pas faux. Les tic-tacs, dans leur grande majorité, ne sont-ils pas définis par nos journées de travail ?

bl01

Cependant, la meilleure façon d’employer son temps est de le partager.
Le temps avance à tire-d’aile, inéluctablement. Il est preferable,  si l’on veut le ralentir un peu,  le rendre plus riche, de le partager avec les gens que l’on aime.
ob_f9ae73_fin-des-temps
Ce conte de Jorge Bucay est peut être hors sujet, mais comme l’histoire est belle et qu’il est question de temps…

Il était une fois une très belle île, dans laquelle vivaient tous les sentiments.
Un jour, fut annoncé aux sentiments que l’île allait couler. Aussitôt, tous embarquèrent et partirent. Seul l’amour resta, attendant patiemment, jusqu’au dernier moment.
Quand l’île fut sur le point de couler, l’amour décida de demander de l’aide à la richesse qui passait sur un très luxueux bateau. L’amour lui dit :
-« Peux-tu me prendre avec toi ?”
-“Je ne peux pas, j’ai beaucoup d’or dans mon bateau et il n’y a plus de place pour toi, je suis désolée”.
L’amour décida de demander à la fierté qui passait également sur un magnifique bateau :
-“Fierté, je t’en supplie… Peux-tu m’emmener avec toi ?”
-“Je ne peux pas t’emmener, l’amour, tout ici est parfait, tu pourrais déprécier mon bateau et qu’en serait-il de ma réputation ?”   
L’amour dit alors, à la tristesse qui approchait :
-“Tristesse, laisse-moi aller avec toi”.
-“Non, amour, Je suis tellement triste que j’ai besoin d’être être seule”. 
Puis la bonne humeur passa devant l’amour, mais elle était tellement heureuse qu’elle n’entendit pas son appel.
-“Viens l’Amour, je t’emmène avec moi”.
L’amour regarda pour voir qui lui parlait et vit un vieillard. Il se sentit tellement heureux et joyeux qu’il oublia de lui demander son nom. Quand ils eurent atteint le continent, le vieil homme s’en alla. L’amour se rendit compte de combien il lui était redevable et demanda à la connaissance :
-“Connaissance, peux-tu me dire qui était celui qui m’a aidé ?”
-« Celui qui t’a sauvé, l’amour, est le temps, car seul le temps est capable de comprendre l’importance de l’amour dans la vie.». 


Du temps, il en faut, pour évacuer sans cesser de marcher, de sorte que, comme dans le conte précédent, il nous sauve lorsque plus personne ne peut nous aider.