Olivia Ruiz

16806949_1324036074331886_8787750674758859192_n
Olivia RuizJ’traînais les pieds et des casseroles
J’n’aimais pas beaucoup l’école
J’traînais les pieds et mes guiboles abîmées
J’explorais mon quartier
J’traînais des pieds dans mon café
Les vieux à la belotte braillaient
Papi, mamie, tonton André et toutes ces pépées
A mes p’tits soins, à m’pouponner
Ecorché mon visage, écorchés mes genoux
Écorché mon p’tit coeur tout mou
Bousillées mes godasses, bousillé sur ma joue
Bousillées les miettes de nous
La fumée du boeuf bourguignon
Toute la famille tête dans l’guidon
Du temps où on pouvait faire les cons
Les pensionnaires, les habitués, les gens d’passage surtout l’été
Joyeux bordel dans mon café
Ecorché mon visage, écorchés mes genoux
Écorché mon p’tit coeur tout mou
Balayée la terrasse, envolé le bout d’chou
Envolées les miettes de nous
Je traîne les pieds, j’traîne mes casseroles
J’n’aime toujours pas l’école
Ecorché mon visage, écorchés mes genoux
Écorché mon p’tit coeur tout mou
Bousillées mes godasses, bousillé sur ma joue
Bousillées les miettes de nous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s