Solène Vosse

JE REVIENS DE LOIN, JE REVIENS D’HIER…

Je reviens de loin, j’reviens d’hier, d’il y a longtemps…
J’ai traversé des déserts et des tempêtes de silence…
J’ai erré jusqu’au bout de mon rêve, comme une âme perdue dans la lumière du noir…
Je reviens de loin, j’reviens d’hier, de ces petits matins gris qu’on défend secrètement, avec le chagrin qu’ils soient sans lendemain…
Quand de ces jours interminables de brouillard… de ces brumes impénétrables, les mots ne sortent plus, on est là, indéfiniment seul, avec un étau dans la poitrine, une boule dans la gorge, et surtout ce besoin de comprendre pourquoi-comment, on en est arrivé là… face à ce mur de silence à la fois cruel et méprisant.
Certains hommes sont si lâches, parfois, qu’ils préfèrent garder comme un arrière-goût de violon dans la bouche. Nul n’est plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. Alors nos larmes n’ont plus qu’à se consoler toutes seules. Et l’on a plus d’autres choix que de répondre nous aussi, par le silence… Ou plutôt par des hurlements silencieux venus du plus profond de notre nuit sans étoiles…

Solène – Extrait de « Jardin secret », recueil de textes courts*

partir

.
.

SOLEILS COUCHANTS

Juillet… j’aimais par moments, quand le soir venait, me laisser envelopper de mélancolie, ce “bonheur d’être triste” (Victor Hugo).
Tout ça, parce que je ne voulais pas et ne veux toujours pas l’oublier. Le coeur a ses raisons que la raison ignore, et moi c’est lui que j’écoute d’abord, mon coeur. Quand bien même pour l’heure, ça peut paraître complètement fou

-SOlène….

blainville-sud2

.
.

L’ORAGE OU LA FLÛTE

Né de l’amitié entre Zélie, alias Zouzou du 93 et Angel, L’orage ou la flûte, Le blablablog.com nous plonge dans les aventures de deux adolescentes de la banlieue parisienne. Zouzou, devenue Top model « malgré elle », fait ses premiers pas à New York, tandis que sa copine Angel restée dans la « téci » se lance dans l’écriture d’un roman, qu’elle rédige jour après jour dans la salle enfumée d’un café. Ce qui lie ces deux-là, c’est un certain humour slamé, un besoin de tendresse quotidien, des rêves plein la tête, des baskets trouées et aussi une même passion pour l’écrivain Céline. L’effet blog est immédiat. Le lecteur, constamment sollicité est invité à entrer dans l’intimité des personnages. L’addiction fait son œuvre.

56ab38febdde3

« C’est quoi ces guignols ? », qu’il devait se demander, alors qu’il se gardait bien de lever le nez de ce fameux bouquin. Pas le dernier Dan Brown comme tout le monde. Non, un pavé style la bible. Pour se démarquer, mine de rien, du commun des mortels. C’est comme sa chemise d’une blancheur immaculée… il l’avait déboutonnée juste ce qu’il fallait en haut, pour laisser voir sa médaille en or de la Vierge Marie. Sur des pectoraux bodybuildés de nanti et bronzés toute l’année, ça le faisait; ça le faisait tellement que l’écrivaine en était secouée comme une salade. Bonne comme la romaine ! Tourneboulée ! Complètement chavirée par le personnage. Inch Allah, cette fois, c’était parti pour quatre ou cinq pages de prose intimiste pour essorer tout le dedans de son coeur. La copine Angel, il suffisait de l’observer pour comprendre ce qu’elle avait derrière la tête. Bécassine en panne des sens ! L’oie blanche à deux doigts de tomber la culotte. Ça devenait chaud bouillant devant. « Dans tes rêves, ma grande », que je lui ai chuchoté dans le creux de l’oreille. L’occasion pour elle de noter au passage que ma mère qui s’appelle aussi Marie – Sainte Marie pleine de grâces – m’avait élevée dans le respect des valeurs religieuses et des bonnes manières. – Tu te vois faire crac crac sous le nez de la maman du petit Jésus ? Petite chose KO sur un haut tabouret de bar, l’écrivaine, elle s’est recroquevillée toute rougissante dans son gilet à bouloches couleur safran. On était peut-être deux sur le coup, mais je venais de marquer un point. En tout bien tout honneur… »

.
.

LE T-SHIRT BLANC: Meetoc-réel

« Après avoir brodé sur un blog dans son premier ouvrage, L’Orage Ou la Flûte, Solène Vosse explore les dangers et les richesses des rencontres sur le net. Elle dit avoir écrit ce roman-ci avec l’aide d’une deuxième paire de mains, mais reste fidèle à son style à la fois sautillant et expressif ; composé à partir des points de vue successifs des divers personnages, c’est fin de psychologie, et on se laisse prendre à la peur ou à l’émotion. L’intrigue n’est pas téléphonée, c’est le cas de le dire… vous vous laisserez surprendre, et c’est agréable »

Sohanne, une jeune femme un peu perdue, débarque dans une petite ville du Massif Central, avec l’idée de rencontrer, en vrai, le monsieur qui fait battre son c’ur et qu’elle ne connaît que virtuellement. Dix jours plus tard, le corps d’une femme assassinée est retrouvé en montagne. Hasard ou destins croisés? Une histoire d’amour hors normes, à la limite de la psychose et du paranormal.

61qq52xYtZL

« Pas le moindre bruissement de feuilles, ni froissement d’herbe… pas un soufflle de vent, rien –pas même un pépiement d’oiseau ne vient troubler l’absolu silence des grands espaces alentour, immobilisés par ce calme un peu strange qui précède souvent le long sommeil de la terre.
Des jours comme ça en cette saison de brumes, où le sablier du temps semble s’être arrêté à l’horizontale… Des jours où on s’enferme chez soi pour mieux garder la chaleur du foyer. Et là, devant une flambée, les anciens racontent aux plus jeunes cette histoire du temps jadis.
Jadis, ça veut dire il y a longtemps, très longtemps… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s