Je sais que tu sais

412wi8ejitl-_sx195_
– C’est fou comme pour avoir bonne conscience, on gobe des paroles, dont on sait que ce sont des mensonges, simplement pour prétendre, plus tard, avoir été trompé.
– Il suffirait d’un rien pour que je lâche prise et que le torrent de la rancœur m’emporte au loin. Je baigne dans une eau de rage dont je ne bois jamais la tasse.
Toujours à flot. Mais pour combien de temps ?

 -Gilles Abier

Depuis l’assassinat de son frère par son meilleur ami Bastien il y a trois ans, Axelle n’est plus que l’ombre d’elle-même tant sa haine pour Bastien l’empêche de vivre. Petit à petit, elle va ouvrir les yeux sur une vérité qu’elle refusait de voir en face et admettre la part d’ombre de son frère bien-aimé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s