Olga Kevelos

Olga Valerie Kevelos est née le 6 novembre 1923 à Edgbaston, Birmingham, Angleterre. C’est la première enfant d’un riche financier grec et d’une veuve anglaise qui a perdu son premier mari, pendant la Première Guerre mondiale. Après s’être marié à Nice, le couple s’installe dans une grande villa victorienne à Edgbaston. Elle est suivie, deux ans plus tard, par un frère, Victor. Puis en 1932 par un autre frère, Raymond.
Olga fréquente le célèbre lycée pour filles King Edward VI, où elle tient plus que sa place sur le plan académique. Mais les aspects non-conventionnels et compétitifs de sa nature sont également bien visibles à l’époque. Un jour, elle est sévèrement sermonnée par la directrice pour avoir organisé une course de patins à roulettes, totalement interdite, dans le hall de l’école. L’histoire ne dit pas qui a remporté cette course…

Diplômée en métallurgie, astronome, historienne et surtout motocycliste, c’est une sportive polyvalente qui a participé à des épreuves d’endurance et de vitesse de 1947 à 1970. C’est aussi la seule femme qui a remporté deux médailles d’or à l’International Six-Day Trial.

L’International Six-Day Trial (ISDT) est la plus ancienne épreuve de moto « tout-terrain ». Elle a eu lieu pour la première fois en 1913, à Carlisle, en Angleterre et s’est produite chaque année, à divers endroits dans le monde, à l’exception des interruptions dues à la Première et à la Seconde Guerre mondiale. Les premiers événements ont été de véritables tests de machines et de compétences des pilotes. Ces compétitions se déroulaient sur les « routes » de cette époque : la plupart des itinéraires sont aujourd’hui véritablement « hors route ». 

ISDT 1953 (Tchécoslovaquie.) Petite vidéo officielle de 15 minutes de cet événement important, avec la foule habituelle de fans. On y voit Olga Kevelos N°37 sur la ligne de départ avec son 150 cm3 CZ.

International Six Days Trials est l’événement moto le plus difficile au monde. Il convient de rappeler Olga Kevelos, qui a remporté deux médailles d’or et de nombreuses autres médailles d’argent et de bronze dans ces courses, contre les meilleurs coureurs du monde. 
Steve Mc Queen – dans le film Great Escape

Elle travaille d’abord dans les laboratoires de William Mills, le fabricant de la Mills Bomb. Son amour de l’astronomie l’incite à accepter un poste d’astronome pour l’Observatoire royal de Greenwich.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle contribue à l’effort de guerre en travaillant pour Ministry of War Transport, de 1943 à 1945. Elle se porte volontaire pour transporter les fournitures vitales, entre Londres et les Midlands.

Nous avions constamment faim, la nourriture était frugale, et pour une fille qui n’avait jamais travaillé dur auparavant, c’était une expérience formidable.
Olga Kevelos

Après la guerre, constatant que son petit ami de l’époque, Phil Heath (l’homme qui l’encouragera à s’engager dans la course de moto, tout comme lui), occupe tous ses week-ends à participer à des courses de motos, Olga décide que la meilleure façon de rester avec son homme est de le rejoindre sur les pistes. Elle achète donc une moto, prend quelques leçons de base et se lance…
Elle impressionne tout le monde par son aptitude naturelle et lors de sa première réunion de course, elle se voit offrir une moto et un parrainage par la James Motorcycle Company.

En 1949, elle remporte la première de ses deux médailles d’or, sur une Norton Manx de 500 cm3, lors des essais internationaux de six jours au Pays de Galles.

Olga Kevelos, N° 182 ,sur son Norton 500cc au début de l’ISDT au Pays de Galles.

Pendant sa carrière de pilote, elle remporte d’innombrables médailles et bénéficie du soutien de nombreux fabricants de motos dont Greeves, Parilla, Mi-val et Jawa… Les épreuves auxquelles Olga participe sont reconnues comme étant les plus longues et les plus ardues de toutes les compétitions de moto.

Olga Kevelos sur sa 197 James au SSDT de 1954
Olga Kevelos sur une BSA Bantam, le premier jour du Scottish Six Days Trial en 1958.
Olga Kevelos sur son James 246cc , au-dessus de Kinlochleven dans le SSDT de 1963
Olga Kevelos sur son 250cc James dans un Trial Trophy Clayton humide organisé par le Wood Green & District MCC en 1963

Olga s’essaye également à la course automobile monoplace au début des années 1950. Elle conduit régulièrement des voitures de Formule III Kieft à Brands Hatch et Thruxton. En plus des Kiefts, elle pilote des voitures conçues par son plus grand amour, Rex McCandless. Rex est un ingénieur, designer et constructeur irlandais qui travaille pour le principal fabricant britannique de moto : Norton.

Olga Kevelos (1100cc Kieft) au Bo’ness Speed ​​Hillclimb en Écosse en 1951.

En 1970, Olga abandonne la course. Et pendant 26 ans, elle aide son jeune frère Ray à diriger un pub, « les Three Tuns », à King’s Sutton, dans le sud du Northamptonshire.
Elle décède le 28 octobre 2009, peu avant son 86e anniversaire, à l’hôpital Horton de Banbury après avoir subi un grave accident vasculaire cérébral.

24 réflexions sur “Olga Kevelos

  1. An accomplished rider, pioneer and heroic figure ~ thanks for sharing this historic information about Olga Kevelos. Have a great day, dear Melie 🤗🌹

    J’aime

  2. Non Mélie… je ne boude pas mais je n’ai pas encore trouvé le temps de lire cet article à fond. Je crois qu’il le mérite non? A bientôt et merci d’avance pour le bonheur que je ne manquerai pas de respirer à cette lecture!
    Bises à toi en attentant.

    Aimé par 1 personne

  3. Parfois je suis tellement lent à concrétiser certains projets que quand je dis : je te le disais hier… c’est parfois il y un mois, ou plus !

    J’ai fait pas mal de trucs ces derniers temps, notamment au sujet de l’automobile ancienne, tu le sais…

    Mais j’avais promis de répondre à ton papier sur Olga Kevlos. Dont acte :

    La première fois que je suis monté sur le siège arrière d’une moto, c’était en 1946 ou 47. J’avais donc 5 ou 6 ans…
    Il s’agissait de mon oncle et parrain, qui avait une CZ de, je crois, 175 cm3. CZ et Jawa, c’était la même boîte, mais CZ (comme Tchéquie) était des monocylindres tandis que Jawa construisait des bicylindres). Certitude, c’était dans ce qu’on appelait alors la Tchécoslovaquie, redevenue le República Tcheca !

    Inutile de te dire l’effet que m’ont fait les images de 1953 de la vidéo de ta publication…
    Je l’ai regardée en entier au moins 3 fois et pourtant je ne suis pas « fluent in tchechisch ». Des images à couper le souffle d’un passionné ! J’y ai vu une moto à immatriculation ‘bernoise’ et je crois aussi avoir reconnu la séquence avec Olga Kevlos (Numéro 37 ?). Et les scènes rocambolesques des vérifications. Je me revois présentant la Ferrari Daytona aux 24 Heures du Mans, ma photo du blog Au temps des automobilistes. Donc plusieurs fois 15 minutes de bonheur.

    Quant à la fumée lors des départs, ça m’a rappelé ma période DKW Junior, une 2 temps qui n’avait rien à envier aux Jawa pour ce qui est de la production de fumée ! Autres temps…
    Pour terminer ces rares moments de passion, je me suis revu sur le siège arrière de la moto de mon ami Armand. J’avais 19 ans et allais dans les grands prix avec lui et sa Norton Atlas bicylindres 750 cc. Nous portions, bien sûr, des casques Cromwell et des lunettes à facettes.

    Pour Olga, tu ne seras pas étonnée à ce que je te dise qu’elle était belle. Du reste toutes les femmes qui font de la moto sont belles, non ?

    Savoir qu’elle était diplômée en métallurgie, astronome et historienne… motocycliste de plus, me dispense d’en dire plus !

    Mélie… un immense merci pour tes papiers qui me replongent dans un passé où il se passait encore des choses…

    Aimé par 1 personne

    1. J’aime cette vie si riche que tu nous partages à chaque commentaire ou billet que tu postes.
      Merci à toi pour cela.
      Bonne et belle journée, Norbert.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s