Helen Frances (Fay) Taylour

La reine du speedway moto.

Bien que pratiquement oubliée aujourd’hui, Fay Taylour est une des motocyclistes les plus célèbres du monde dans les années 1920, et la concurrente de sport automobile la plus titrée du 20e siècle. 

Helen Frances Taylour est née le 5 avril 1904 à Birr en Irlande. Son père est officier de l’armée britannique et elle apprend à conduire sa voiture à l’âge de 12 ans. Elle fait ses études au pensionnat de Miss Fletcher à Fitzwilliam Square à Dublin, puis à l’Alexandra Collège.

Fay Taylour, sur son AJS ‘Big Port’, dans le Southern Scot Scrambler en 1927

En 1926, Fay fait des essais de motos, sur les grasstracks. En 1828, lorsque les femmes peuvent enfin participer, elle attaque le hill-climbing sur des pistes en terre battue. 

Le Grasstrack se déroule sur une piste ovale plate généralement construite dans un champ. Les motos ont deux vitesses, une suspension arrière, pas de freins. Les courses se déroulent généralement sur quatre tours avec départ arrêté et peuvent avoir de nombreux compétiteurs dans chaque manche.

Le Hill-Climbing est une course motocycliste individuelle où le compétiteur s’affronte à une côte naturelle, non revêtue, extrêmement difficile (plus de 45 % de dénivelé en général), ou réputée infranchissable. Le but est d’arriver au sommet le plus vite possible ou de monter le plus haut possible dans la pente. 

Fay Taylour a fréquemment remporté ces compétitions contre des concurrents très populaires à l’époque. Elle est la seule coureuse irlandaise à se rendre en Australie pour la saison 1928/29, où elle remporte plusieurs victoires sur une Douglas. Au début de janvier 1929, elle décroche son premier succès sur le sol australien, lors d’un « duel » à Perth, contre Frank Brown, suivit par une victoire sur le champion australien, Sig Schlamm, à Claremont-Speedway.

Fay et son Douglas

Pour la saison suivante, elle retourne en Grande-Bretagne où les succès s’enregistrent avec des temps de piste de plus en plus rapides.  Son succès continue jusqu’en 1931, en Grande-Bretagne, mais aussi en Europe, en Australie et aux États-Unis.

Fay reçoit quelques mots d’encouragement de Jack Cooley (à gauche) et Malcolm Craven.

En 1932, quand les femmes se voient interdire l’accès aux courses de speedway, elle passe à la compétition automobile, conduisant un Talbot 105 . Elle continue à piloter des voitures dans le monde entier jusqu’à l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale.

FAy Taylour à bord de l’Alfa Romeo Monza pour la première course Whitsun Road 5 Lap Handicap, le 6 juin 1938 sur le circuit de Brooklands,

En 1948, Fay revient aux voitures de course et en 1949, elle s’installe à Hollywood, où elle vend des voitures britanniques. Aux États-Unis, elle découvre le sport populaire des courses de voitures Midget sur des pistes de terre. Dans les années 1950, elle court toujours avec une Cooper 500 cm3 sur les grands circuits britanniques comme Brands Hatch et Silverstone. 

En Australie, lors d’une courses de voitures Midget,. Elle conduit sous un drapeau britannique, avec le shamrock irlandais
Fay pose dans l’ex-Brewer Ford V860 au Sydney Sports Ground Speedway lors de sa tournée australienne en 1952<

Elle arrête de courir à la fin des années 1950, pour prendre sa retraite et se retire à Blandford dans le Dorset, mourant d’un accident vasculaire cérébral en 1983.

Même une femme peut obtenir ce qu’elle veut, quand son désir est assez fort.
Helen Frances (Fay) Taylour

31 réflexions sur “Helen Frances (Fay) Taylour

      1. C’est très vrai. Continue. Pour notre plaisir à tous. Y a-t-il une date même approx. pour la fin de ton traitement? Ou bien en sont-ils encore au stade de précaution?

        J’aime

  1. Arriver le dernier pour commenter cet article, c’est super car le travail est déjà fait! Il me suffit juste d’ajouter mon admiration pour les femmes (Ça tu le sais…) et des salutations amicales pour toi.
    En pensant à ce que tu as traversé récemment et en clin d’oeil à ma claudiquante épouse qui fait des progrès tous les jours avec ses béquilles, je reprends ta citation de Miss Taylor

    Même une femme peut obtenir ce qu’elle veut, quand son désir est assez fort.

    Avec, tout de même, quelques bises amicales!

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis contente de savoir que Cornélia se débrouille bien avec ses béquilles. Je renouvelle mes souhaits de prompts rétablissements.
      Bises à vous deux

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s