Ce soir, je cherche mes étoiles…


Cette nuit-là, je ne le vis pas se mettre en route. Il s’était évadé sans bruit. Quand je réussis à le rejoindre, il marchait, décidé, d’un pas rapide. Il me dit seulement :
– Ah ! Tu es là…
Et il me prit par la main. Mais il se tourmenta encore :
– Tu as eu tort. Tu auras de la peine. J’aurai l’air d’être mort, mais ce ne sera pas vrai…
Moi, je me taisais.
– Tu comprends. C’est trop loin. Je ne peux pas emporter ce corps là. C’est trop lourd.
Moi, je me taisais.
– Mais ce sera comme une vieille écorce abandonnée. Ce n’est pas triste les vieilles écorces.

Si tu aimes une fleur qui se trouve dans une étoile,
c’est doux, la nuit, de regarder le ciel.
Antoine de Saint-Exupéry – Le petit Prince

Il y a des gens qui ne font que passer. Il y a des gens qui comptent. Il y a des gens qui restent… L’idéal, c’est quand les gens qui comptent restent.
Vous, vous me manquez tant.. Ce n’est pas qu’il n’ y a plus de joie, plus de devoir, plus de but, plus de sens, plus de chemin… Ce n’est pas ça… C’est seulement, que vous me manquez tant…

60 réflexions sur “Ce soir, je cherche mes étoiles…

  1. « A la naissance, on monte dans le train et on rencontre nos parents.
    Et on croit qu’ils voyageront toujours avec nous.
    Pourtant, à une station, nos parents descendront du train,
    nous laissant seuls continuer le voyage…
    Au fur et à mesure que le temps passe,
    d’autres personnes montent dans le train.

    Et ils seront importants : notre fratrie, amis, enfants,
    même l’amour de notre vie.
    Beaucoup démissionneront (même l’amour de notre vie)
    et laisseront un vide plus ou moins grand.
    D’autres seront si discrets
    qu’on ne réalisera pas qu’ils ont quitté leurs sièges.
    Ce voyage en train sera plein de joies, de peines, d’attentes,
    de bonjours, d’au-revoir et d’adieux.
    Le succès est d’avoir de bonnes relations avec tous les passagers
    pourvu qu’on donne le meilleur de nous-mêmes.
    On ne sait pas à quelle station nous descendrons.
    Donc vivons heureux, aimons et pardonnons !
    Il est important de le faire, car lorsque nous descendrons du train,
    nous devrions ne laisser que des beaux souvenirs à ceux qui continuent leur voyage…
    Soyons heureux avec ce que nous avons et remercions le ciel de ce voyage fantastique.
    Aussi, merci d’être un des passagers de mon train.
    Et si je dois descendre à la prochaine station,
    je suis content d’avoir fait un bout de chemin avec vous !
    Je veux dire à chaque personne qui lira ce texte que je vous remercie

    d’être dans ma vie et de voyager dans mon train. »

    Jean d’Ormesson

    Aimé par 3 personnes

    1. Je connaissais ce texte…
      C’est vrai qu’un jour les parents quittent le train. On doit s’y attendre. C’est dans la logique des choses. Mais, parfois, c’est beaucoup trop tôt et peu importe qui montera dans le train, ils manqueront toujours.

      Aimé par 2 personnes

  2. Plus belles encore seraient-elles si elles représentaient l’âme des enfants disparus trop tôt, et de tous ceux qui n’ont pas eu le temps d’être ou nous en sommes, même tristes. Les étoiles nous disent de ne pas être trop tristes.

    Aimé par 2 personnes

  3. Iosif

    Nimeni nu e singur pe pamant,
    Cineva in grija lui il are,
    Nici cei singuri-singuri nu mai sunt
    Daca are umbra fiecare.

    Singur stai in casa si gandesti
    Ca esti singur fara mantuire,
    Dar in pragul casei parintesti
    Se aude-un greierat subtire.

    O scrisoare-ti fosneste-n maini,
    Un postas la usa ta mai bate,
    Latra-n departare niste caini,
    N-ai sa mai cunosti singuratate.

    Asta este boala cea mai grea,
    Dar de ea instantaneu se scapa,
    Cand in plinsa sete, cineva
    Iti aduce un pahar cu apa.

    Umbre jos si norii sus pe cer,
    Cai pascand si soarele in scapat,
    Om stingher in drum spre om stingher

    Nimeni nu esingur pan’ la capat.

    Aimé par 2 personnes

  4. Iosif

    Avec beaucoup d’affection. 🙂
    L’auteur, Adrian Paunescu, était un grand génie de la poésie un promoteur qui a allumé « Flacara » de la conscience de la liberté de la génération prorévolutionnaire roumaine

    Aimé par 2 personnes

  5. Et oui. Le plus dur c’est pour ceux qui restent… Et il n’ya pas grand chose à faire. Laisser couler le temps. On sait qu’on va mieux le jour où en s’en rappelle en riant… Mais ça prend du temps. Alors il faut faire comme si, un jour après l’autre.
    Ça ira Mélie? Hugs…

    Aimé par 1 personne

          1. J’en accepte l’augure. Je ne crois pas beaucoup à la « pensée positive ». Trop proche de la pensée magique. Mais le simple fait de le dire, même si on n’y croit pas trop… Ça aide un peu. 😉🙏🏻🌹

            Aimé par 1 personne

          1. Je te comprends parfaitement. Novembre est très laid. Je suis (re)parti de France à cause d’un film que j’ai vu sur les Champs un mois de Novembre… « Out of Africa ». Tourné sur les lieux de mon enfance… En sortant dans la grisaille, je me suis dit: « Qu’est-ce que je fais là? » Et j’ai commencé à bouger les choses.

            Aimé par 1 personne

  6. This is just so beautiful. I love The Little Price (Le Petite Prince). I love your commentary. I hope you understand my English. I took eight years of French in school, but can only speak it a little because I never use it. Bon chance, mon ami.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s