Eva Askquith

Eva Askquith est une pionnière du speedway, à la fin des années 1920, lorsque les femmes sont autorisées à courir sur ces pistes. 

Le Speedway est une course de motos sur quatre tours de piste en terre battue, ovale et plate, de 70 à 90 mètres de long.  Les motos sont des machines fonctionnant au méthanol, qui n’utilisent qu’un seul rapport et n’ont ni frein, ni amortisseur. Les premières courses remontent à 1902 aux États-Unis. 

Née en 1905 à Bedale, dans le Yorkshire, Eva est la fille d’un boucher, Charlie Askquith. Attirée par les motos dès son plus jeune âge, elle participe à sa première compétition locale à l’âge de quinze ans.
Six ans plus tard, avec l’argent gagné en travaillant dans la boutique de son père, elle achète sa première moto : une AJS Spécial TT. C’est déjà une motocycliste passionnée, compétitive et talentueuse, qui se fait connaître dans un monde majoritairement masculin. 
En 1927, elle gagne sa première médaille au Scottish Six Days Trial, l’une des épreuves de trial les plus difficiles du Royaume-Uni. Elle est également arrivée deuxième au trial d’York à Edimbourg, 672 km, allée et retour, qui devait être bouclé en moins de 24 heures. Bien que l’AJS, un peu lourde, ne soit pas du tout adaptée à de tels trials.
En juin 1928, Eva achète une jolie petite machine qui est plus adéquate avec les compétitions auxquelles elle prend part : une Velocette qui la met rapidement sous les projecteurs lorsqu’elle participe à des courses Grasstrack, et lors des courses spéciales côte à Post Hill et Dalton Bank.
Eva remporte le très honorifique prix « Ladies Trophy » pour le meilleur temps dans la course de côte sur Post Hill dans une compétition féroce avec Marjorie Cottle.

Les courses de Grasstrack se déroulent sur une piste ovale plate construite dans un champ. Les motos ont deux vitesses, une suspension arrière, pas de freins et sont globalement plus longues que les motos de Speedway. Les courses se déroulent généralement sur quatre tours avec départ arrêté. Contrairement au Speedway, qui compte quatre coureurs par course, les Grasstrack peuvent avoir de nombreux compétiteurs dans chaque manche. Par ailleurs, le circuit est normalement plus long, permettant des vitesses de pointe plus élevées.

En octobre de cette même année, des pistes de Dirt Track ouvrent leurs portes. Eva participe et gagne encore quelques prix. Trouvant sa Velocette inadaptée au dirt track, elle s’achète une Douglas DT 500

Les courses de Dirt track, également connues sous le nom de Flat track, ressemblent aux courses Speedway. La piste est un anneau ovale de terre battue, de 800 mètres. Les motos carburent au méthanol, ont des suspensions avant et arrière et des freins à l’arrière. Les freins sont ce qui distingue cette épreuve du Speedway, car ils permettent une technique de virage différente.

Fay Taylour et Eva Asquith se saluent avant un match race à Wembley en 1929.

Au cours des saisons 1929 et 1930, elle court à Wembley et parcourt le monde pour remporter une poignée de coupes et de médailles contre la concurrence des meilleurs coureurs masculins. 
En avril 1930, il est annoncé que les femmes ne sont plus autorisées à concourir dans les courses de speedway, en Grande-Bretagne, sous prétexte que cela peut nuire à leur fertilité. Néanmoins, Eva continue à courir internationalement jusqu’en 1939.

Eva en tête, devant Morian Hansen, dans une course à Roskildevejen

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Eva devient cavalier d’expédition pour le Service d’Incendie Auxiliaire et est nommée premier ingénieur, en raison de sa connaissance d’avant-guerre du moteur à essence.

Les cavaliers d’expédition étaient utilisés par les forces armées pour transmettre des ordres et des messages urgents entre le quartier général et les unités militaires. Ils ont joué un rôle vital à une époque où les télécommunications étaient limitées et peu sûres. 

Ironiquement, bien qu’elle n’ait jamais eu d’accident en course, Eva se retrouve à l’hôpital après avoir été renversée par une voiture, alors qu’elle aide son père à livrer de la viande avec sa camionnette. Elle ne revient jamais à la course de motos, choisissant, à la place, de se concentrer sur le jardinage. Elle participe à des concours le jardinage avec la même détermination et remporte de nombreuses médailles.
Eva Askquith décède en 1985, juste un jour avant son 80e anniversaire. Elle ne s’est pas mariée et n’a pas eu d’enfant. 

14 réflexions sur “Eva Askquith

  1. Une histoire, que je cite de mémoire: Walter Owen Bentley et Ettore Bugatti aimaient se chamailler. Un jour l’italien, devenu français, Bugatti dit à Bentley: Vous construisez les camions des plus rapides du monde! Une autre fois c’est Bentley qui se moque de Bugatti, dont les voitures n’avaient pas de freins arrières (authentique). Réponse du citoyen de Molsheim: Je fais des voitures pour avancer, pas pour freiner!
    Salut Oth et bises à Amélie avec mes remerciements pour cette belle histoire!

    Aimé par 1 personne

      1. C’est bien vrai. J’espère que le « break » a été bon. Mon séjour? Mixed feelings. Des sentiments très mitigés. J’ai vu beaucoup de délire partout. Le futur du pays m’inquiète plus que jamais. (Mais ne parlons pas politique) Profite de la din d’été , des moments de liberté au jour le jour. Biz.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s