Miss Della Crewe

Miss Della Crewe est une véritable pionnière de la moto, qui a voyagé à travers les États-Unis sur une Harley, avant même que les femmes n’aient le droit de vote.
À une époque où l’état des routes américaines aurait fait réfléchir les hommes les plus endurcis, à l’idée de faire un voyage à moto, Della leur montre comment faire.

Originaire de Racine, dans le Wisconsin, Della est une voyageuse expérimentée. Avant même de commencer son odyssée à moto, elle a voyagé à travers une grande partie de l’Amérique du Nord, jusqu’en Alaska. Elle a également vécu pendant sept mois au Panama.

Le 24 juillet, 1914, à l’âge de 30 ans, elle décide de partir à l’aventure avec son chien « Trouble », pour voir tout le pays.
Partant de Waco, au Texas, sur son side-car Harley-Davidson, elle arrive à New York, six mois plus tard, en plein hiver.
Son premier arrêt est à Dodge City, dans le Kansas, pour une course de moto à laquelle elle veut participer.
De Dodge City, Della se rend à Saint-Louis, Missouri, pour le congrès annuel de la Fédération des motocyclistes américains (prédécesseur de l’AMA).
Miss Crewe se rend ensuite à Chicago où elle est accueillie par CH Lang, le premier concessionnaire de Harley-Davidson, et MRF Rogers, propriétaire de la société qui a fabriqué son side-car. Rogers l’accompagne pour visiter l’usine Harley à Milwaukee.
Elle a alors traversé six États et parcouru 2 147 milles.

Après avoir passé les mois d’été et d’automne à voyager de Waco à Milwaukee, Della se retrouve aux prises avec le froid et les routes enneigées lors de ses voyages à travers l’Indiana, l’Ohio, la Pennsylvanie et New York.
Elle arrive à New York, le 10 décembre 1914, sous une forte chute de neige
.

Du printemps à l’été 1915, Della visite les Caraïbes, puis la Jamaïque, et enfin Porto Rico.
Elle revient aux États-Unis au milieu de l’été et fait un voyage sinueux sur la côte atlantique.
Lorsque Della et Trouble reviennent à New York, ils ont parcouru 10 778 milles (17 345 km), depuis qu’ils ont quitté Waco, un peu plus d’un an plus tôt.

Della s’installe ensuite au sud de Los Angeles où elle travaille comme manucure.
Après 1926, elle disparaît des registres américains et personne ne sait vraiment ce qu’elle est devenue.
Mais pendant ces glorieuses années, elle a vécu l’aventure d’une vie.

37 réflexions sur “Miss Della Crewe

  1. Quel parcours? Il suffit d’y croire pour aller au bout de ses rêves les plus fous. Elle n’a pas cherché la gloire elle a accompli son parcours en toute simplicité.
    Son exemple booste le moral. Bonne soirée Amélie.

    Aimé par 1 personne

  2. Elle est passée au-delà des convenances de l’époque pour réaliser ce qu’elle souhaitait. J’ai pour ce type d’entreprise féminine beaucoup de respect et surtout se dire que c’est possible. Une femme que j’admire beaucoup pour son parcours c’est Alexandra David Neel. Un modèle pour moi, un rêve à réaliser.
    Pour revenir à ton sujet, le side-car me semble une bonne alternative pour moi-même 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Elle a vécu la vie qu’elle souhaitait. Ça n’a sûrement pas été facile tous les jours… Mais quelle satisfaction !
      Le side est sûrement pratique pour voyager moins léger, mais pas forcement plus pratique pour rouler 🙂

      J'aime

      1. Effectivement. A soixante-neuf ans avec les genoux quelque peu fichus se serait une chouette alternative 😉. J’aime faire des rêves, avoir des projets. Lire ton article de la part de cette femme était très avant-gardiste, courageux vis à vis de pas mal de commentaires de l’époque qui ont dû être très sexistes. Je me vois faire la vielle route 66 aux E.U. Je souris en t’écrivant et fais mon cinéma. 😄

        Aimé par 1 personne

  3. Merci beaucoup Amelie pour ce partage ! Je ne la connaissais pas et je suis ravie de découvrir cette histoire. Une femme comme je les aime. N’est-ce pas à elle que Gainsbourg faisait allusion avec cette femme qui n’avait peur de personne en Harley Davidson ? 😉
    Bon week-end ! 😀

    Aimé par 2 personnes

  4. Salut Mélie. Tu avais déjà prlé d’une autre pionnière il me semble? Son nom m’échappe.
    Toutes ces femmes du début du XXe siécle étaient vraiment extraordinaires. Quand on pense qu’en France les femmes n’ont pu avoir un compte en banque sans autorisation du mari, que vers les années 70, si je ne m’abuse…
    Ben j’ai re-signé sur ton blog pour le recevoir dans mon mail.
    Chais pas pourquoi mais tu n’y étais plus…
    (C pas moi M’dame! C sûrement WP. J’l’ai vu!)
    🙂
    A +

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s