Le Baiser de l’Hôtel de ville

60748c929c3edb83acd005df632bb4ea
Le Baiser de l’Hôtel de Ville – Robert Doisneau (1950)

En regardant le ‘Baiser de l’Hôtel de Ville’ (de 1950), mon petit cœur fondait et je pensais que ces deux amoureux pris sur le vif par Robert Doisneau étaient vraiment très mignons.
Aujourd’hui, je viens d’apprendre que ce baiser n’a rien de spontané : un mythe s’effondre !
En effet, ce baiser n’est qu’une mise en scène orchestrée par le photographe, avec la complicité d’un couple d’étudiants en théâtre. Les deux « amoureux » photographiés, qui se nomment Françoise Delbart et Jacques Carteaud, ont été rétribués 500 francs pour prendre la pose.

64952581
Baiser Blotto – Robert Doisneau (1950)

Au printemps 1950, Doisneau est mandaté par le célèbre magazine américain Life pour un reportage sur les amoureux de Paris. En ces années de reconstruction, il faut donner du rêve sur papier.
2120757332_ea517bce68
On pourrait penser Robert Doisneau privilégiait le noir et blanc pour sa dimension esthétique et la puissance nostalgique de l’argentique. Certes, l’absence de couleurs confère à ses clichés une incroyable profondeur qui a fait sa renommée. Mais ce coup de génie « à l’ancienne » est né d’une contrainte technique des plus rudimentaires : un budget très serré.
81cf35549c6a6f36be599c89c003a96a

Robert Doisneau naît le 14 avril 1912, la nuit du naufrage du Titanic. Pas facile comme premier pas dans la vie. Il grandit à Gentilly, dans la banlieue sud de Paris. Graveur et lithographe diplômé, il devient photographe publicitaire au début des années 1930, avant d’être engagé comme photographe industriel par les usines Renault de Boulogne-Billancourt. En 1939, il prend la porte pour un retard de trop, se lance en indépendant et, après la guerre, collabore avec l’agence Rapho.

23 réflexions sur “Le Baiser de l’Hôtel de ville

    1. « Un baiser, mais à tout prendre, qu’est-ce ?
      Un serment fait d’un peu plus près, une promesse, plus précise, un aveu qui veut se confirmer, un point rose qu’on met sur l’i du verbe aimer ; C’est un secret qui prend la bouche pour oreille, un instant d’infini qui fait un bruit d’abeille, une communion ayant un goût de fleur, une façon d’un peu se respirer le cœur, Et d’un peu se goûter, au bord des lèvres, l’âme ! »
      Roxane – Cyrano de Bergerac
      Mais pas 500 frs 🙂

      Aimé par 3 personnes

  1. Ces photos sont toutes très belles mais une retiens particulièrement mon attention le baiser blotto il fallait y penser tout de même a cette mise en scène. Merci Amélie pour ce partage poétique. Bisous

    Aimé par 3 personnes

  2. Fred Rohou

    Joli et Romantique.. ptet un peu moins le procès de 1993 fait à Doisneau par un couple mercantile et Françoise Delbard.. mais comme pour le « Baiser » de Rodin, c qu on retient c est l’émotion qui fait fondre tous les Ptits Coeurs.. Love, Love.. merci Mélie.. bisous

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s